Je fabrique du saumon et du thon végétal à partir de micro-algues

Odontella conçoit de nouveaux aliments totalement vegan à base de micro-algue marine autorisée à la consommation humaine. Odontella formule, développe et commercialise ses produits brevetés 100% naturels de grande qualité nutritionnelle, riches en omega 3, protéines marines végétales et nombreux autres composés marins bénéfiques pour la santé. La production de thon et saumon végétal limite le recours à la pisciculture et n’engendre pas d’impact négatif sur l’environnement.

Mes clients achètent des produits bio contre 3 heures de bénévolat par mois

L’aventure démarre à Brooklyn où le premier supermarché bio collaboratif voit le jour en 1973. Son crédo : proposer des produits locaux et de qualité. Autour de ce projet associatif à but non lucratif, chaque personne qui y fait ses courses doit être membre de la coopérative. Dans ce cadre, elle doit y consacrer trois heures par mois. Park Slope Food Coop compte aujourd’hui 17 000 membres. Ceux qui ne sont pas adhérents de la coopérative peuvent visiter le magasin, mais ne peuvent pas y faire d’achats. Le magasin propose une grande variété d’aliments et produits ménagers, généralement respectueux de l’environnement et pour un tarif inférieur à ceux de la grande distribution. La Coopérative achète les produits à des fermiers à un prix équitable, et pratique une marge à la revente inférieure au marché. Ces prix bas sont rendus possibles grâce au travail bénévole fourni par les membres. La réussite de Food Coop a fait l’objet d’un documentaire éponyme sorti en 2016.

J’ai conçu le premier steak en laboratoire

Cette société basée en Israël et dirigée par un scientifique français ambitionne de devenir leader en matière de viande cultivée en laboratoire. Contrairement aux sociétés du secteur qui élaborent de la pâte de protéines servie sous la forme d’hamburgers ou de nuggets, Aleph Farms a pour objectif de reproduire fidèlement la texture de la viande. Avis aux amateurs !

J’utilise chaque espace libre en ville pour faire pousser des plantes, fruits et légumes

Kanopee Koncept a pour vocation à valoriser et optimiser les espaces libres urbains libres et non utilisés et les rendre productifs en nourriture saine tout en créant du bien-être, du lien social et en protégeant la biodiversité. Le modèle proposé par Kanopee Koncept s’adresse à tous les acteurs de la transition écologique, c’est-à-dire l’entreprise, les collectivités locales et les citoyens.

J’ai lancé le mois sans supermarché pour favoriser les petits commerçants

Le collectif engagé “En vert et contre tout” a lancé en 2017 l’initiative “Février sans supermarché”. Le principe est simple : il s’agit de limiter la fréquentation des grandes surfaces durant un mois et favoriser les achats dans les petits commerces de proximité indépendants. Le collectif ne positionne pas cette opération comme un boycott des hyper et supermarchés mais comme une action de sensibilisation à la nécessaire diversification des sources d’approvisionnement. En résumé, “Février sans supermarché” promeut une consommation responsable tout en préservant la planète.  

Je régale vos papilles avec des steaks d’insectes

Cette start up suisse commercialise depuis 2017 des steaks à base de vers de farine, riz et légumes dans plus de 60 magasins et restaurants. Un vrai succès et pas uniquement pour les vegans ! La raison ? L’utilisation d’insectes en tant que denrée alimentaire a de nombreux avantages : leur intérêt culinaire est élevé, leur production économise les ressources de la planète et leur profil nutritif est très riche avec un apport significatif de protéines.

Je change le monde grâce à mes paniers bio zéro déchet

L’épicerie Loco s’engage à fournir une gamme complète de produits alimentaires et d’usage courant sains, écologiques et sans emballage. Loco propose également des produits qui facilitent le mode de vie zéro déchet comme les sacs en tissus, pots réutilisables, mouchoirs en tissus… Les clients viennent faire leurs courses avec leurs propres contenants ou empruntent des contenants sur place. Loco offre ainsi aux habitants de Montréal (Canada) des solutions concrètes pour adopter une alimentation saine, un mode de vie sans gaspillage et sans déchets, tout en encourageant l’économie locale. Tout pour plaire !

Je mets en relation propriétaires de jardins et jardiniers sans terrain

Cette initiative est née d’un constat simple : certains propriétaires de jardins n’ont pas le temps, l’envie ni l’énergie de jardiner tandis que d’autres personnes ont la main verte et rêveraient de cultiver leur potager mais n’ont pas de jardin. “Plantez chez nous” permet à des propriétaires de mettre à disposition quelques mètres carrés de leur jardin pour que d’autres passionnés s’en occupent. Le site propose une carte des jardins disponibles en France et dans l’Europe francophone.

Je vous donne la possibilité de choisir la façon dont mourra la vache qui terminera dans votre assiette

Suzanne Marx, écologiste convaincue, propose aux consommateurs de sélectionner leur viande de boeuf, de la fourche… à la fourchette. Le bétail élevé selon des méthodes bio est soit abattu industriellement, soit tué d’une balle au milieu des verts pâturages. C’est au consommateur de décider. Dans la seconde option, l’animal reste dans un environnement familier jusqu’au bout. L’abattage sur place, dans les champs, génère tout naturellement moins de stress. Par conséquent, la viande est de meilleure qualité. Les consommateurs peuvent choisir sur la plateforme en ligne leurs quartiers de viande préférés, la race de la bête (angus, galloway, charolais) et les modalités de la “fin” de la vache qui finira dans leur assiette.

Je réduis la malnutrition grâce à la biofortification des cultures

Dans les pays en développement, les carences en vitamine A peuvent provoquer de graves anémies et une cécité chez les enfants. Pour lutter contre les carences en micronutriment, le programme mené par Helen Keller International encourage la biofortification de certaines cultures. La bio-fortification est une méthode de reproduction des cultures, soit par sélection classique, soit par génie génétique, qui augmente leur valeur nutritionnelle. Par exemple, la patate douce à chair blanche, la plus cultivée en Afrique, est pauvre en bêta-carotène (micronutriment que le corps transforme en vitamine A) alors que la patate douce à chair orange en est particulièrement riche. La consommation journalière d’une patate douce à chair orange de taille moyenne assure à l’enfant ses besoins quotidiens en vitamine A.