J’ai inventé le premier coeur artificiel

Le professeur Alain Carpentier, qui a consacré plus de 40 ans de sa vie à la recherche médicale en cardiologie, a transformé en réalité le rêve d’un coeur entièrement artificiel. L’insuffisance cardiaque chronique est une maladie évolutive qui touche plus de 20 millions de patients en Europe et aux Etats-Unis. Le cœur artificiel Carmat est un dispositif dont le but est de fournir une solution pérenne aux patients souffrant d’insuffisance cardiaque terminale sans traitement  alternatif du fait de la pénurie d’organes humains en bon état. Il présente trois innovations majeures : biocompatibilité, pulsatilité et auto-régulation.

J’ai inventé des robots intelligents pour assister les chirurgiens

Bertin Nahum est un serial entrepreneur franco-béninois médiatique. Il a créé sa première start up, Medtech, qui a ouvert la voie à la robotique chirurgicale. Quantum Surgical veut continuer à explorer le potentiel de la robotique chirurgicale mini-invasive permettant de fiabiliser les actes des praticiens et d’apporter précision et reproductibilité. L’innovation ne se résumera pas nécessairement à des assistants virtuels. Quantum Surgical développe également des logiciels d’aide à la décision, des outils de réalité virtuelle…

Je dresse des cartes pour protéger les droits des pêcheurs du Tamil Nadu

Saravanan, un pêcheur de l’Etat du Tamil Nadu en Inde, a pris l’initiative de cartographier tous les villages côtiers afin de les protéger des grands projets d’infrastructures et des activités industrielles. Ces cartes participent également à la préservation de l’environnement. A l’aide d’un système d’information géographique, les cartes permettent d’illustrer la façon dont les pêcheurs utilisent les terres. En se basant sur des techniques de cartographie participative, de registres officiels et de données historiques, Saravanan a déjà recensé près de 35 villages et envisage de cartographier ceux situés en bordure de l’océan Indien et du golfe du Bengale.

J’ai fondé une ONG qui répond aux urgences humanitaires en circuit court

Dara Dotz, designer férue d’innovation à la fibre humanitaire, a constaté qu’apporter des secours dans des zones sinistrées et reculées relevait parfois du défi. Les routes sont souvent barrées, détruites ou tout simplement inaccessibles. L’ONG Field Ready a été créée pour assembler et réparer sur place le matériel et les équipements nécessaires au sauvetage de vies, et ce grâce à l’utilisation de nouvelles technologies, comme l’IA et l’impression 3D.

J’ai conçu une solution anti-moustique efficace sans insecticide

Cette start up propose de lutter contre les moustiques en respectant l’homme et l’environnement. Une borne imitant la respiration d’un être humain permet de tromper les femelles moustiques, de les attirer dans un filet et de les anéantir avec du CO2 et des huiles essentielles. L’appareil agit dans un rayon de 60 mètres en zone dégagée. Grâce à sa solution, Qista promet d’éliminer 88% des nuisances causées par ces insectes, notamment l’un des moustiques les plus virulents: le moustique-tigre à l’origine de la prolifération du chikungunya, de la dengue ou du Zika.

Notre centre de recherche est entièrement dédié à la valorisation des déchets

Le centre Rapsodee (Recherche d’Albi en génie des Procédés, des SOlides Divisés, de l’Énergie et de l’Environnement) est un laboratoire de recherche appliquée associé au CNRS. Rapsodee accueille plus d’une centaine de chercheurs qui consacre leurs travaux à la valorisation des déchets. Reconnu au niveau international, ce laboratoire est à l’origine de nombreux procédés innovants : systèmes de purification de gaz d’usine, production de matériaux intelligents, systèmes de chauffage…

Je plante des arbres par milliers grâce à des drones

Chaque année, 26 milliards d’arbres sont abattus. Seulement 15 milliards sont replantés. Or, si nous plantions 500 milliards d’arbres, nous compenserions toutes les émissions de carbone générées par nos activités humaines. Partant de ce constat, cet ancien ingénieur de la NASA a conçu des drones permettant de déposer des graines pré-germées à 3 mètres au dessus du sol dans des zones de reboisement, préalablement repérées… par drone. Les graines sont enrobées d’un hydrogel nutritif pour favoriser la pousse des arbres. Cette technologie permettrait de planter 100 000 arbres par jour !

J’ai créé le premier exosquelette “bras et jambes” dirigé par la pensée

Le professeur Benabid, neurochirurgien français et membre de l’Académie des sciences, a lancé le projet BCI (Brain Computer Interface) permettant de connecter directement le cerveau au corps par le biais d’une puce implantée dans le crâne. Grâce à cet exosquelette de dernière génération, les tétraplégiques retrouvent l’espoir et la capacité de marcher. Equipé de 14 moteurs et de câbles pour permettre la mouvement des bras et des jambes, l’exosquelette pèse 60 kilos.

J’ai inventé un filet de pêche qui laisse passer les petits poissons

Cet ingénieur britannique a mis au point un filet de pêche simple en apparence, mais révolutionnaire sur la base d’un constat : la sur-pêche affecte tout particulièrement les petits poissons (harengs, anchois et sardines) qui représentent 37% du poids des prises mondiales contre 8% il y a 50 ans. Le SafetyNet, doté de mailles échappatoires, permet aux plus petits poissons de s’extraire facilement. Ainsi, ce filet de pêche contribue à protéger la biodiversité des océans.

J’ai créé le frigo intelligent zéro déchet pour se restaurer au bureau

Ramy Fischler, designer belge basé à Paris, a inventé le frigo Nu (naturellement urbain). Ce frigo connecté permet de choisir son repas après avoir présenté un badge pour se connecter à son compte client. Les plats proposés sont faits maison par des restaurateurs.  Nu fonctionne à la manière d’un distributeur automatique mais avec de “vraies” bonnes choses à l’intérieur. De plus, ce frigo présente une dimension écologique en intégrant le principe du “zéro déchet”. Les plats sont distribués dans des bocaux en verre, qui sont remis au frigo, une fois le repas terminé. Puis, ceux-ci sont retournés au restaurateur pour être réutilisés.