Je vous permet de réparer vous-mêmes vos appareils électroménagers

Le site Spareka est une véritable école de la réparation luttant contre l’obsolescence programmée. Après avoir établi, sur la plateforme web, un diagnostic de la panne constatée, les particuliers se transforment en “néo-réparateurs” grâce à des tutoriels et des vidéos explicatives sur des frigidaires, des fours, des cafetières et autres objets du quotidien. Puis, ils peuvent se procurer les pièces à changer dans un catalogue comprenant plus de 8 millions de références parmi lesquelles des pièces détachées pour l’électroménager, les piscines, les volets roulants, les smartphones, les portes de garage, entre autres !

Je propose une alternative aux tampons pour protéger les femmes et la planète

Lorsqu’en 2017 les études sur la composition des tampons paraissent, Gaële Le Noane tombe des nues. D’une part, les tampons classiques contiennent des plastiques et substances chimiques très dangereux pour la santé, et d’autre part, 45 milliards de ces produits sont jetés chaque année dans la nature. Gaële créé alors son entreprise ”Marguerite & Cie” : elle noue un partenariat avec la seule entreprise au monde à proposer des protections entièrement bio et s’engage à fournir des protections menstruelles aux femmes les plus démunies. Son offre type ”box”, fait d’une pierre trois coups : des produits solidaires, préservant la santé… et la planète !

J’ai créé un service de recyclage à vélo qui transforme les déchets en revenus !

A Lagos, seulement 40 % des déchets sont collectés et moins de 20 % sont recyclés. La start-up Wecyclers a donc décidé de faire de la gestion des déchets son business. L’entreprise créée par une jeune nigériane, ingénieur de formation ayant travaillé durant 10 ans aux Etats-Unis, collecte les poubelles à la demande grâce à un système par SMS. Elle se rémunère en les vendant à la société publique de gestion des déchets de la ville. Les employés de Wecyclers traversent à vélo les quartiers populaires de Lagos pour collecter des ordures. Puis, dans les quatre plateformes de traitement, les employés effectuent d’abord un tri méticuleux. Les déchets sont ensuite nettoyés, décontaminés, séchés, compactés et vendus.

J’ai découvert une chenille mangeuse de plastique !

Cette chercheuse a remis en question un postulat que la communauté scientifique pensait acquis depuis longtemps : la biodégradation du polyéthylène, largement utilisé dans les emballages, est impossible. La chenille appelée “fausse teigne de la cire” pourrait s’avérer être une arme redoutable pour éliminer ce type de plastique. En raison de millions d’années passées dans les ruches, la fausse teigne a la capacité de digérer la cire. Or, la cire est un polymère dont la structure chimique est proche du polyéthylène. Cette découverte scientifique permettrait de venir à bout de milliards de sacs plastiques utilisés dans le monde dans chaque année.