J’ai conçu un tabouret design à partir de déchets en plastique issus de l’océan

L’artiste britannique Alexander Groves et l’architecte japonaise Azusa Murakami se sont rendus en Amérique du Sud, en Chine et jusqu’aux ilots vierges du Pacifique pour y recueillir des matériaux inédits et des rebuts. En particulier, ils ont récupéré en plein océan des déchets en plastique jetés à la mer pour concevoir un tabouret récup’ design baptisé Sea Chair. La collection a été créée directement sur le bateau, avec une machine d’extrusion à énergie solaire.

J’ai conçu la première machine à laver faite pour durer !

Aidé par un ami ingénieur industriel, Julien Phedyaeff a souhaité s’attaquer à l’obsolescence programmée des appareils électro-ménagers. Il a ainsi créé la première machine à laver dotée d’une espérance de vie de plusieurs décennies. D’où son nom : “L’Increvable”. Le coeur du projet est de rendre le modèle facilement réparable. Dit autrement, les pièces peuvent se détacher aisément. L’Increvable a été pensée pour pouvoir être entretenue et améliorée par son utilisateur, sans passer par la case réparateur. Cette machine peut aussi être personnalisée, ce qui est une manière de laisser aux consommateurs le choix de changer la façade, par exemple, pour l’adapter au mobilier.

J’ai créé un mode de transport urbain modulable et autonome !

Cette start-up italienne a mis au point un prototype de transport en commun futuriste et potentiellement révolutionnaire. Celui-ci prend la forme de modules cubiques pouvant s’attacher les uns aux autres ou se détacher en fonction des besoins et des usagers, et cela sans s’arrêter ! Une fois les modules collés, des portes coulissantes s’ouvrent pour permettre le passage des usagers de l’un à l’autre. Ce mode de transport urbain nouvelle génération vise à désengorger le trafic en ville. L’accent est également mis sur la connectivité, avec une application mobile dédiée permettant de programmer ses trajets ou de faire appel à différents services. Autre avantage de la voiture Next: elle est électrique, et donc plus respectueuse de l’environnement.

Je fabrique du cuir à partir de marc de raisin

Gianpiero Tessitore, architecte, et Francesco Merlino, spécialiste en chimie industrielle, sont des précurseurs. Flairant l’attente des secteurs de la mode et du design en produits haut de gamme plus respectueux de l’environnement, ils décident dès 2014, de créer Vegea, en partenariat avec des laboratoires spécialistes des polymères de synthèse. L’entreprise collecte le marc de raisin après fermentation et distillation. Le marc subit d’abord une dessiccation, qui assure sa conservation en matière brute, pendant environ trois ans. Les peaux et les pépins sont ensuite séparés. Après quoi, les premières sont traitées par procédés physiques et mécaniques brevetés. Le mélange obtenu est ensuite étalé et transformé en feuille de Vegea. Enfin, ce biomatériau est traité à l’aide d’additifs non toxiques permettant de faire varier la densité, l’épaisseur, l’élasticité, ou encore la texture du produit fini.

J’ai conçu le premier gratte-ciel en bois en circuit court

Le réchauffement climatique milite pour l’éco-conception et l’utilisation de matériaux naturels. Cet architecte norvégien a conçu la plus grande tour au monde, réalisée entièrement en bois. Haute de 85 mètres, Mjosa sera inaugurée au printemps 2019. La particularité de cette tour réside dans le sourcing local des matériaux. Au travers de cet édifice, l’objectif de cet architecte soucieux de l’environnement est double : d’une part, proposer une vitrine vivante du savoir faire de l’industrie locale en matière de construction en bois, et d’autre part, organiser la construction d’un bâtiment en circuit court (tous les acteurs de la filière sont situés dans un rayon de moins de 20 kilomètres).

Nous utilisons les outils numériques au service du réemploi des déchets

Au côté de trois autres architectes fraîchement diplômés de l’école d’architecture de Paris Malaquais, Eric a souhaité questionner le statut des déchets et leur réemploi. Pimp Your Waste propose un nouveau processus industrialisable de revalorisation des matériaux grâce à l’utilisation des outils numériques (robots et algorithmes). Le projet vise à allier technologies high-tech et low-tech au sein d’un même objet. Une gamme de mobilier design en bois recyclé est d’ores et déjà disponible.