Je construis des routes avec des déchets plastiques

C’est en remarquant que des déchets de plastique fondus remplissaient les nids de poule des routes indiennes que Toby McCartney, PDG de la société MacRebur, eut l’idée de réutiliser les déchets plastiques non recyclables pour la construction et le revêtement des routes. Ces déchets plastiques fondus puis combinés avec du bitume améliorent la rigidité et la résistance à la déformation de l’asphalte. MacRebur détourne ainsi presque n’importe quel type de plastique de l’incinération ou de l’enfouissement pour créer un nouvel asphalte écologique. Ce procédé permet de réduire la consommation de combustibles fossiles et l’empreinte carbone tout en contribuant à favoriser une économie circulaire.

J’ai placé des pianos en libre accès dans des milliers de gares à travers le monde

Luke Jerram est un artiste pluriel : il crée des sculptures, des installations de grande envergure et des projets d’arts vivants. Il est également à l’origine des pianos “Jouez, je suis à vous” présents dans certaines gares et jardins publics en France et à l’international. L’objectif de l’artiste ? Créer des espaces de partage et de générosité pour libérer sa créativité tout en tissant des liens avec autrui.

Je récolte des chaises !

Le designer britannique Gavin Munro fait pousser des saules en leur donnant la forme de chaises, fauteuils, luminaires, ou encore de tables ! Bien que lent, puisqu’il pousse au rythme de la nature, le résultat est particulièrement original : des meubles en bois d’un seul tenant, tous dotés d’une forme unique. L’objectif de cet amoureux de la nature ? Travailler le bois tout en préservant les forêts.

J’ai inventé le cuir végétal à partir de fibres d’ananas

Cette start up britannique fabrique un similicuir baptisé Pinatex composé de fibres extraites de plants d’ananas cultivés aux Philippines, l’un des plus grands producteurs au monde de ce fruit. Les fibres sont extraites du fruit pour en faire un matériau durable, respirant et facilement identifiable en raison de son apparence froissée. Une façon astucieuse de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’offrir des revenus équitables aux petits producteurs d’ananas.

Nous mettons en lumière les déchets pour créer des sculptures

Tim Noble et Sue Webster sont des artistes basés à Londres qui réalisent des sculptures à partir de débris et de déchets de toutes sortes (caisses, chaises, canettes, sacs poubelles, emballages divers….) qu’ils enchevêtrent, agrègent et éclairent pour projeter leurs ombres reflétant des portraits et des silhouettes nettes et précises. A la recherche d’une société « zéro déchet », ce chaos ménager, véritable sculpture de déchets extrêmement organisée, n’est qu’apparent : il adresse  en réalité un message fort à la société de consommation.

 

Je fabrique des pansements à base de larves vivantes pour guérir les plaies

BioMonde est une société européenne spécialisée dans le soins des plaies, la fabrication et la distribution de la larvothérapie, en particulier la détersion des plaies chroniques et difficiles à guérir. Ensachées vivantes et appliquées sur la peau, les larves de la mouche Lucilia Sericata éliminent les tissus morts et favorisent la cicatrisation. La larvothérapie revêt un triple intérêt : la détersion, la désinfection et la promotion du tissu de granulation.

J’ai inventé la bouteille d’eau qui se mange

Cette start-up londonienne, créée par une équipe européenne dont un Français et un Espagnol, a mis au point une bouteille d’eau comestible conçue à partir d’algues. Sous l’apparence d’une bulle-goutte d’eau, cette bouteille écologique se gobe ou se perce pour boire l’eau contenue à l’intérieur de la membrane. Cette alternative à la bouteille en plastique a gagné plusieurs prix et ce n’est que le début…

Mon revêtement absorbe la lumière du jour et la restitue la nuit tombée

La société Pro-teq basée au Royaume-Uni a développé Starpath, un revêtement élastomère souple enrichi en particules phosphorescentes, qui peut être pulvérisé sur n’importe quelle surface : béton, bois ou tout support solide. Il est sécurisé grâce à une couche de surface anti-déparante. C’est, en outre, un produit rentable, car facile à appliquer et rapide à sécher. Ce revêtement innovant est du plus bel effet la nuit tombée, lorsque les chemins se mettent à briller !

J’ai créé le premier restaurant zéro déchet au Royaume-Uni

Ce restaurant hors norme fabrique ses yaourts maison, fermente son propre vinaigre, moud sa farine, fait pousser ses champignons, fabrique son chocolat de la fève à la tablette, et contrôle l’ensemble de sa chaîne de production en gardant toujours à l’esprit son objectif zéro déchet. Tous les aliments vont au compost, même les récipients à emporter sont compostables. Plutôt que de se faire livrer des bouteilles, le restaurant utilise ses propres caisses et jerricans que les fournisseurs remplissent de lait et de vin. Ce restaurant “pré-industriel” ravit les papilles des gourmets et des écologistes.

J’installe des micro-méthaniseurs au plus près des consommateurs et de leurs déchets

Seab Energy est née du constat que le transport des déchets jusqu’à un méthaniseur annule les bénéfices de la fermentation anaérobie puisque l’empreinte carbone du transport demeure importante. L’entreprise britannique a conçu des “digesteurs” ou containers mobiles de 6 mètres de long qui transforment les déchets organiques en énergie. Ces containers sont installés au pied des immeubles ou au coeur de petites communes. Ainsi, l’énergie est produite là où elle est consommée !