J’ai remis à l’honneur le zaï pour faire germer les graines en plein desert

Yacouba Sawadogo a redécouvert les vertus d’une approche ancestrale appelée “zaï” ou cordon pierreux. La technique consiste à dresser de petites barrières rocailleuses afin de freiner le ruissellement de l’eau, ce qui permet à cette dernière de s’infiltrer dans le sol, et à la terre de ne pas glisser en aval. Des trous assortis d’engrais sont ensuite creusés près des pierres. La plante, mieux alimentée, peut ainsi pousser même en saison sèche et sur n’importe quel sol.  Ce paysan burkinabé a réussi à créer une forêt de près de 40 hectares sur des terres autrefois stériles et abandonnées. Aujourd’hui, il possède plus de 60 espèces d’arbres et d’arbustes dans l’une des forêts les plus diverses, plantée et gérée par un agriculteur du Sahel.