J’élève des vers marins pour sauver des vies humaines

Franck Zal

France / Morlaix
Innovation : Commercialisée / diffusée
La découverte de ce biologiste breton sur les arénicoles, des vers marins vivant dans le sable, est remarquable. En 2000, il comprend que ces vers ont un sang différent du sang humain. Leurs globules rouges sont capables de stocker l’oxygène beaucoup plus longtemps car ils respirent à marée haute et vivent en apnée à marée basse. A partir de l’hémoglobine de l’arénicole, Franck Zal produit un additif aux solutions de conservation des organes destinés à être greffés. Ainsi, en apportant de l’oxygène, cette solution permet de ralentir la dégradation du greffon.
|

Échangez, soutenez, discutez !