Nous avons fait le tour du monde en avion sans carburant

Entre mars 2015 et juillet 2016, les pilotes Bertrand Piccard et André Broschberg ont réussi un tour du monde historique en avion à énergie solaire, le Solar Impulse 2. Volant de jour comme de nuit (avec batteries) sans une goutte de carburant et sans émissions polluantes, leur avion a parcouru 43 041 km en 23 jours de vol effectif, répartis sur 17 étapes en solitaire. L’avion solaire a volé à une vitesse moyenne d’environ 80 km/h, alimenté par 17 000 cellules photovoltaïques sur ses ailes. Solar Impulse démontre ainsi l’efficience des nouvelles technologies propres pour sauvegarder les ressources naturelles de la planète.

J’utilise vos excréments pour les transformer en compost

Cette start up suisse transforme les excréments en compost grâce à des toilettes sèches disponibles à la location pour les organisateurs d’événements. Des centaines de litres d’eau sont généralement gâchées pour évacuer les déjections humaines alors que l’on pourrait s’en servir pour se laver ou même boire. A l’inverse des toilettes mobiles conventionnelles, les produits Kompotoi ne contiennent aucun produit chimique et ne nécessitent pas d’énergie pour fonctionner. L’entreprise garantit des cabines inodores grâce à la poignée de copeaux à utiliser au lieu de tirer la chasse. Au delà des économies d’eau réalisées, les matières fécales collectées sont transformées en engrais.

J’ai lancé le mois sans supermarché pour favoriser les petits commerçants

Le collectif engagé “En vert et contre tout” a lancé en 2017 l’initiative “Février sans supermarché”. Le principe est simple : il s’agit de limiter la fréquentation des grandes surfaces durant un mois et favoriser les achats dans les petits commerces de proximité indépendants. Le collectif ne positionne pas cette opération comme un boycott des hyper et supermarchés mais comme une action de sensibilisation à la nécessaire diversification des sources d’approvisionnement. En résumé, “Février sans supermarché” promeut une consommation responsable tout en préservant la planète.  

Je régale vos papilles avec des steaks d’insectes

Cette start up suisse commercialise depuis 2017 des steaks à base de vers de farine, riz et légumes dans plus de 60 magasins et restaurants. Un vrai succès et pas uniquement pour les vegans ! La raison ? L’utilisation d’insectes en tant que denrée alimentaire a de nombreux avantages : leur intérêt culinaire est élevé, leur production économise les ressources de la planète et leur profil nutritif est très riche avec un apport significatif de protéines.

Nous construisons un concentrateur solaire à partir de déchets et de carton

L’association de recherche pour le recyclage du CO2 (ArrCO2)  se consacre à la recherche pour le développement de l’industrie à bilan de carbone négatif. Ses objectifs sont l’amélioration des modélisations d’écosystèmes industriels, le développement des phases test des microPBR4D (nouvelle génération de photobioréacteurs automatisés) et la fabrication des engrais ZéroCarbone à base de déchets industriels. Elle développe entre autre, le projet d’héliostat nommé “Umbrella +” : il s’agit d’un concentrateur solaire orientable fabriqué à partir de déchets organiques et de carton.

Mon lampadaire solaire en récup’ illumine les nuits maliennes

Matteo Feronni a créé des lampadaires solaires mobiles dans la région de Ségou au Mali. Il a dessiné un prototype pouvant être reproduit facilement par des artisans locaux et réalisé à partir d’objets fournis par les villageois. Ces lampadaires mobiles et écologiques, sont fabriqués avec une roue de vélo et d’autres objets recyclés. Ils sont utilisés dans 15 des 72 villages de cette communauté rurale et portent le nom magique de « Foroba Yelen » qui signifie « la lumière collective » en Bambara. Grâce à cet éclairage ingénieux, les artisans peuvent travailler la nuit, évitant ainsi la chaleur écrasante du jour.

Soufflez, je vous dirai de quoi vous souffrez !

En analysant les molécules contenues dans l’air expiré, le professeur suisse Renato Zenobi et son équipe tentent de détecter la présence d’éventuelles maladies. A la différence d’autres examens comme les prises de sang redoutées par certains patients, ce test respiratoire n’est pas douloureux. Le diagnostic est établi à l’aide d’un spectromètre de masse, appareil qui permet de déterminer la charge et la masse d’une molécule. Une fois qu’un patient a soufflé dans le dispositif, les gouttes contenues dans l’air sont chargées électriquement. Le spectromètre mesure ensuite le rapport entre la masse et la charge d’une molécule. Chaque personne possédant une empreinte respiratoire unique, il est possible d’établir un diagnostic des pathologies pulmonaires. A terme, les chercheurs souhaitent être en mesure d’identifier d’autres dysfonctionnements du métabolisme.

J’ai inventé un protocole qui permet aux paralytiques de remarcher !

Grégoire Courtine, neuroscientifique, développe depuis plus de 15 ans une approche visant à comprendre les mécanismes de la marche en lien avec l’activation du cerveau. Le nouveau traitement qu’il a mis au point provoque une stimulation électrique de la moelle épinière. Un implant posé au niveau des lombaires, accolé à la moelle épinière, complète ce dispositif. A plus long terme, le chercheur et ses collègues du Centre de neuroprothèses de l’EPFL étudient la possibilité de décoder les signaux contrôlant les mouvements des jambes directement depuis le cerveau, et d’utiliser cette information pour stimuler la moelle épinière. Un véritable espoirs pour des milliers de personnes atteintes de paralysie !