Les pionniers

Les carnets de voyage d’une étudiante Promising par Shamengo… La suite !

25 avril 2014
Aujourd'hui, ce sont les aventures de Chloé chez Philippe, au Cambodge, que nous vous faisons suivre !
Créer dans l'éthique

Premiers pas en terre Khmer 

Grenoble – Lyon – Paris – Ho Chi Ming – Siem Reap. Premier pas sur le sol Cambodgien, chaleur étouffante et fatigue accrue mais un accueil très chaleureux grâce à Philippe, qui m’attend à l’aéroport. 

Arrivée pendant le Nouvel An khmer, Philippe a tenu d’abord à ce que je m’imprègne de l’atmosphère du pays.  Pendant cette fête de trois jours, tous les habitants proches de Siem Reap se retrouvent pour faire la fête sur les temples et dans le centre ville. Même les familles les plus pauvres vivant dans la campagne autour de Siem Reap se déplacent en ville, ce qui crée un trafic important sur les axes menant aux Temples d’Angkor.

Ces derniers sont d’ailleurs illuminés pour l’occasion et on peut également profiter d’une reconstitution des villages khmers de l’époque. Le Nouvel An khmer n’est pas simplement la grande fête traditionnelle pour les cambodgiens,  c’est aussi l’occasion de se retrouver en famille. 

 Les cambodgiens sont des gens très ouverts et généreux. Toujours très heureux d’accueillir une « barang » (étrangère en khmer), ils multiplient les attentions pour que l’on se sente bien. Et la nourriture khmer est délicieuse ! Poulet, poisson, bœuf, fruits de mer, grenouille … il y en a pour tous les goûts. Pas épicée (contrairement à la Thaïlande) et pleine de saveurs ! Je découvre aussi de nouveaux fruits : fruit du dragon, mangoustan, … ou alors une autre manière de manger des fruits qu’on connait : avec du piment et du sel ou alors la mangue à peine mûre dont je suis fan. On peut trouver des marchés partout. Ce sont des endroits très vivants et pleins de couleurs !

 Les températures tournent autour des 40° avec un taux d’humidité qui frôle les 80%, autant dire que le choc est violent. Attention à bien se protéger (j’en suis déjà à mon deuxième coup de soleil) et à bien boire.

 Tous les matins je prends donc le petit vélo que Philippe m’a prêté et je me rends à la galerie de JayavArt. Pendant que Philippe travaille à l’atelier avec son staff, je m’occupe de sa gestion avec son assistant Sarim. L’activité de Philippe est en plein essor. Ses statues et autres créations plaisent énormément grâce à leur légèreté et solidité ainsi que par le fait qu’ils sont en papier recyclé. J’ai commencé à mettre en place un système de gestion de coûts qui permettra à Philippe d’avoir de la visibilité sur ses dépenses et recettes. J’ai pu créer aussi une base de données des différents produits qu’il commercialise ainsi que les différents lieux où son travail est mis en vente. Par la suite, je me focaliserai sur le marketing de son activité et notamment le démarchage de nouveaux revendeurs.

Après presque deux semaines au Cambodge, je me sens déjà chez moi !