Les pionniers

Les vertus méconnues de l’hypnose.

09 avril 2014
Après avoir introduit l'hypnose en salle d'opération, notre pionnière belge Marie-Elizabeth Faymonville s'attèle désormais à en étendre les champs d'utilisation. Elle aide notamment les femmes atteintes de cancer du sein à gérer leur stress et à lutter contre la fatigue. Focus sur cette pratique dont les vertus restent encore méconnues. 
Prendre soin de soi Mots-clés : Innovation médicale, Médecine naturelle

L’hypnose a timidement fait son entrée dans le milieu médical classique. Surtout utilisée en complément d’une anesthésie locale pour éviter l’anesthésie générale, l’hypnose est aujourd’hui  une méthode de plus en plus reconnue, notamment pour ses bienfaits thérapeutiques. Et une nouvelle fois, c’est notre pionnière Marie-Elizabeth qui ouvre la voie.

Ainsi en cette matinée d’hiver, six femmes se présentent au CHU de Liège, où Marie-Elizabeth les reçoit pour leur première session d’hypnose. Elles ont entre 35 et 65 ans et sont sous radiothérapie pour traiter un cancer du sein.

 Pour les aider à supporter le traitement, Marie-Elizabeth leur propose donc plusieurs sessions, dont certaines d’auto-hypnose pour pouvoir se soulager elles-mêmes et être autonomes. Cette pratique est présentée aux femmes comme un outil “pour apprendre à être bienveillantes envers soi-même”.

L’étude réalisée par les chercheurs de la Mount Sinaï School of Medecine (NYC) met en évidence la fatigue des femmes qui subissent un tel traitement. Cette fatigue extrême causée par la radiothérapie porte le nom d’ anémie chimio-induite, et constitue le premier effet indésirable, celui qui affecte le plus la vie quotidienne des patients (tous cancers confondus).

L’hypnose vient atténuer cet état de fatigue et permet ainsi aux patientes de gérer leur stress et de se relaxer.

 Un grand Oui à la démocratisation de l’hypnose et à la reconnaissance de sa légitimité dans nos hôpitaux !